Quel est le coût du projet et qui finance la construction du CDG Express ?

  • Financement
  • Coût
Le Projet

CDG Express, en tant que gestionnaire d'infrastructure a pour mission le financement, la conception, la construction et l’exploitation de la liaison ferroviaire. Il est le garant et le porteur du projet. Le coût du projet s'élève à 2,2 milliards d'euros, et est financé par des fonds propres des actionnaires du CDG Express et par un prêt de l’État.

Un prêt de l’État, à rembourser avec intérêts…

Depuis son décalage à fin 2025, le coût du projet est estimé à 2,2 milliards d'euros. Il est financé à hauteur de 0,4 Md€ par les fonds propres des actionnaires du CDG Express à parts égales (Groupe ADP, SNCF Réseau et la Caisse des Dépôts et Consignations), et à hauteur de 1,8 Md€ par un prêt de l’État autorisé en loi de finances rectificatives pour 2019. Ce prêt de l’État sera intégralement remboursé par CDG Express, avec des intérêts définis selon les conditions du marché. Ainsi, conformément à la réglementation communautaire, il ne s'agit pas d'une aide d'Etat. L’État ne subventionne pas la réalisation du projet CDG Express. Les intérêts versés par CDG Express sont comptabilisés, chaque année, en recettes dans le budget de l'Etat.
Il ne serait pas possible de réaffecter le montant de ce prêt sans grever les recettes prévisionnelles du budget de l'Etat et sans impact sur ses éventuels bénéficiaires. En effet, le prêt sera remboursé par les usagers de la future liaison.

… par les usagers de la future liaison

Pour honorer son prêt aux conditions du marché, CDG Express percevra des péages qui, versés par l’exploitant (Hello-Paris) en contrepartie de l’utilisation de l’infrastructure, couvriront 60 % du financement.
Une « contribution spéciale CDG Express » lui est également affectée. Elle sera acquittée, à la mise en service de la navette, par les passagers aériens passant par l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (hors transit), en contrepartie du choix plus large dont ils disposeront pour le quitter ou s’y rendre. Son montant ne dépassera pas 1,40 €.

Sur les 2,2 milliards d’euros nécessaires à la réalisation du projet, 537 millions contribueront directement à l’amélioration du RER B, soit ¼ du budget total

Explication du coût

On compare souvent le coût du projet avec une estimation datant de 2007 de l'ordre de 800 M€.
Le coût du projet, tel qu’il est connu aujourd’hui, prend en compte des coûts de financement supplémentaires de l’ordre de 300 M€.
Ces coûts supplémentaires intègrent également des évolutions réglementaires, notamment ferroviaires (gestion des terres excavées – décret de décembre 2014 ; normes d’interopérabilité : entrevoie plus large, tunnels, signalisation avec ERTMS).

De plus, le périmètre du projet comprend aujourd'hui des mesures de renforcement de la robustesse du RER B, avec 537M€ consacrés à la regénération et à la modernisation de ses voies, financés par CDG Express. Enfin, l'inflation des coûts (en particulier au niveau des matières premières, béton, acier, etc.) explique également l'augmentation du coût du projet.