Le CDG Express, dans le sens du développement durable

Le CDG Express engendrera une réduction de 56 à 40 % de la part modale de la voiture en 2025. Ce qui éviterait le rejet de 330 000 tonnes de C02 sur 50 ans.

Une réponse aux nouveaux enjeux d'urbanité.

Nouvelles voies protégées pour les vélos, circulation alternée, interdiction des voitures sur les berges, nouveaux métros... la mobilité des personnes constitue aujourd'hui l'un des aspects les plus importants de la transition écologique. Le CDG Express s'insère au coeur de ce projet de nouvelle urbanité.

CDG Express - Zone D Saint Denis

Limiter les nuisances environnementales

Les quelques 55 000 véhicules individuels qui circulent chaque jour au départ ou à destination de l’aéroport représentent entre un quart et un tiers du trafic des autoroutes A1 et A3 sur ce parcours, parmi les plus saturées d’Île-de-France. S’y ajoutent 20 000 taxis et 500 autocars ou autobus.
En proposant aux voyageurs aériens un mode de transport collectif, le CDG Express contribuera à limiter les nuisances environnementales liées au trafic routier – émissions de polluants et de gaz à effet de serre – et participera à l’amélioration des conditions de circulation sur les autoroutes A1 et A3 entre Paris et l’aéroport. Selon les estimations actuelles, le CDG Express engendrera une réduction de 56 à 40% de la part modale de la voiture en 2025. Ce qui éviterait le rejet de 330 000 tonnes de C02 sur 50 ans.